Histoire et Patrimoine

Actuellement, Blennes est un petit village rural du sud de la Seine et Marne traversé par une rivière nommée l’Orvanne (vannes d’or ?), qui prend sa source à St Valérien et traverse le sud du département sur 40 km pour aller se jeter dans le Loing. Cette commune se compose de 17 hameaux répartis sur 2000 hectares composés principalement de terres agricoles et de bois. Son relief est vallonné et les 20 km de voirie qui sillonnent ce territoire sont très variés et tournants, passant de routes de sous-bois à des plateaux pour traverser des hameaux dont certains bâtis anciens tels ponts, passerelles, gué, puits et lavoirs font le charme de ce village et méritent attention. Ses nombreux chemins ruraux aux noms « pittoresques », d’une longueur supérieure au réseau routier, sont un voyage et font le bonheur des randonneurs pédestres, équestres, cyclistes... pour leur intérêt patrimonial, naturaliste et rural.

C’est encore une agriculture très présente principalement céréalière et oléo-protéagineuse. La période de décroissance démographique des années 70 & 80 comme l’indique le diagramme a vu l’école et les derniers commerces fermer, beaucoup de propriétés et anciens corps de fermes devenant des résidences secondaires. Dans les années 90 elles redeviennent des habituations principales, une école est construite, la population augmente. Des artisans s’installent et redonnent peu à peu une vie économique à ce village. Blennes est une des communes de la Communauté de Communes du Pays de Montereau.

Mais que sait-on de Blennes d'autrefois ?

Le nom Blennes, sous la forme Parochia Blenna, fait son entrée dans l’histoire au XI° siècle, époque où l’habitat semble se fixer. Son origine échappe à toute certitude. On peut y voir un nom d’homme romain, Blainus, ou un nom d’homme germanique très voisin, Blaynus...

La guerre de Cent Ans a causé la ruine de la noblesse d’épée ; presque partout en Ile-de-France, des gens de robe, des gens de loi au service du roi deviennent propriétaires des seigneuries. Les nouveaux seigneurs de Blennes sont les Allegrains, de père en fils conseillers au Parlement de Paris. Le dernier des seigneurs de Blennes fut Claude René Cordier de Launay, dont une fille épousa le fameux marquis de Sade. Une des caractéristiques de Blennes était l’importance des biens tenus par deux abbayes : l’abbaye de Preuilly et l’abbaye de Villechasson. En 1790, la population de la commune avoisinait les 700 habitants. Entre 1850 et 1880, Blennes comptait 800 habitants. Puis il y eut un très long déclin qui dura jusqu’en 1982, en cette année il ne fut recensé que 261 Blennois ! Puis vint l’embellie : aujourd’hui la population de Blennes s’élève à 582.

Les travaux de Robert Fossier sur le plan général, de Thierry Bonin pour la région, montrent que la stabilisation de l’habitat fut un processus long : avant le Xe siècle, en zone rurale, on ne voit qu’un habitat incertain et flou, une nature rebelle et dominante. Les vici stables sont l’exception face à la masse des paquets de maisons jetés sur les clairières soumises aux brûlis. Au verso des feuillets trois et quatre d’un sacramentaire en usage dans l’église de Sens, un scribe a inscrit une liste de 145 églises. Ce document, connu sous le nom de Liber sacramentoruvm, se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Stockholm. Tous les noms qui y figurent désignent des localités comprises dans les limites du pagus Senonicus, constituant, dès cette époque, l’un des archidiaconés du diocèse de Sens.

Il n’existe en France aucune commune homographe ou homophone de Blennes. Et, sous sa forme actuelle, on ne retrouve parmi les environs 2 000 000 de noms de lieu recensés par l’IGN qu’une fois ce nom : à Saint Aubin-Château-Neuf (Yonne), une source s’appelle La Fontaine des Blennes. Au XIIe siècle, les seigneurs locaux font d’importantes donations aux abbayes de Preuilly et de Rosoy-Villechasson. Ainsi, dans les documents qui nous sont parvenus, et dès 1115, apparaît une famille portant le patronyme de Blennes. Vers 1200 un Adam de Blennes est vassal du comté de Champagne ; un Gilet de Blennes a participé aux Croisades menées par Saint Louis. Ce furent eux qui, peut-être, construisirent la motte féodale qui est dite en ruine en 1392. En 1243, le seigneur de Blennes est Pierre, un membre de l’importante famille des Barres. Le fief passe ensuite aux Réveillon et, en 1270, un Jean de Réveillon accompagne Erard de Vallery, connétable de Champagne, à la dernière croisade. En 1332, le seigneur de Blennes est Guillaume, sire de Réveillon. Pour ce fief dont il tient la haute et basse justice il doit 60 sols pour l’hommage au roi. En 1392, le seigneur est Johan de Lespaut qui tient le fief de sa femme Jehanne du Chesne. Le fief est ruiné et ne fournit plus qu’un revenu de 10 livres. La guerre de Cent Ans a causé la ruine de la noblesse d’épée.

Sur le plan militaire, la paroisse faisait partie du gouvernement d’Ile-de-France ; sur le plan administratif de la généralité de Paris, élection et subdélégation de Montereau. Sur le plan judiciaire Blennes dépendait du bailliage de Moret qui ne jugeait plus que des affaires d’importance limitée. La Cour présidiale, le tribunal d’appel pour les affaires plus importantes, était à Melun. Le grenier à sel était à Montereau. D’après l’Almanach du diocèse de Sens, le village comptait 115 feux et 390 communiants en 1771. En 1793, un état de la population agricole du département de Seine-et-Marne (A.D. 77, L 242) fournit, les données suivantes : Nombre de chefs de famille - 149, nombre de feux - 160 ; et population effective - 645. Plusieurs seigneuries se partageaient les 2 000 ha de la paroisse dont : La seigneurie de Blennes qui comprenait le bourg, le hameau des Sorins, les moulins des Moines et celui du Petit Bichot. La seigneurie de Maurepas qui dépendait de l’abbaye de Preuilly et englobait la forêt et le hameau de Maurepas, celui de Villeneuve les Ormes et la ferme du Coudray. La seigneurie de Villechasson qui dépendait de l’abbaye du même nom et englobait les hameaux de Villoiseau, de Launoy, du Bouloy et de la Roustière.

Liens utiles

Adresse de la Mairie:

Rue des Moines
77940 BLENNES

Horaires :

Lundi de 16h00 à 18h00
Mercredi de 14h00 à 15h30
Vendredi de 14h00 à 18h00

Contact :

: 01 64 31 93 31
: 01 60 70 10 91
: mairie.blennes@wanadoo.fr